DSC02369 DSC02368 DSC02364

Après la réveil de cette passion endormie depuis une dizaine d'années, mon retour à Paris va se solder par une visite rue de Douai, qui concentre un grand nombre de boutiques spécialisées dans le modélisme ferroviaire. Et comme je travaille depuis quelque temps dans ce sympathique quartier du 9e arrondissement, l'occasion d'un détour lors d'une pause déjeuner s'impose. Dès la première vitrine, je repère quelques jolis spécimens de la célèbre marque verte et rouge... Je me décide à pousser la porte de l'échoppe... Après quelques hésitations, j'engage la conversation avec la vendeuse... " Bonjour, je voulais savoir si vous aviez d'autres articles LGB en dehors de ceux que vous avez en vitrine ?
- Et non, je n'en aurai certainement pas d'autres.
- Ah bon ? Et pour quelles raisons ?
- LGB est en faillite. Les productions ont été arrêtées et tous les employés licenciés."
A cette annonce, mon sang ne fait qu'un tour. Ma marque fétiche qui m'accompagne depuis le haut de mes 4 ans est en passe de disparaître !! Je me rappelle alors cet étrange rêve prémonitoire où mon train avait disparu, je réalise à quel point j'ai été stupide de ne pas m'être intéressé pendant toutes ces dernières années à mon violon d'Ingres... Au cours de la conversation, je réalise que Lehmann-LGB n'est pas la seule fabrique de trains électriques en faillite. On se souvient de l'italien Lima racheté par son ancien ennemi français Jouef, lui même racheté à son tour par le britannique Hornby... Märklin ne va pas fort non plus... Bref, la concurrence chinoise et ses produits de basse qualité associée au désamour des jeunes générations pour les jouets traditionnels, voilà la plus redoutable arme de destruction massive pour le secteur du jouet...

De retour chez moi, un rapide saut sur Internet me fait rapidement prendre connaissance de la sinistre réalité. Forums, articles en allemand, oui LGB est au bord du désastre. Mais que vais-je faire si c'est fini ? Que vais-je faire de mon petit stock de matériel disparate qui dort depuis des années, dans l'espoir d'un futur où mes finances me permettront d'avoir enfin le réseau dont j'ai toujours rêvé...

C'est ainsi que je vais découvrir le redoutable site d'enchères E-Bay, auquel je ne m'étais jusqu'à présent jamais vraiment intéressé... Et là, quelle stupéfaction ! De découvrir une quarantaine de pages de vente consacrées au train de jardin.

Le virus E-Bay c'est redoutable. Et il va me contaminer à une vitesse grand V durant les 5 mois à venir !! Dores et déjà, le but premier est de constituer un stock correct de voiries et aussi de compléter des attelages disparates... Après quelques déconvenues liées à mon inexpérience sur le principe des enchères en ligne et la frustration de voir partir sous mes yeux une Spreewald que je convoitais avec envie, je vais rapidement devenir un maître de la surenchère de dernière minute. Je découvre aussi l'excitation et l'adrénaline de ce sport effroyable. Va commencer alors une vaste campagne d'achat sur E-Bay qui va globalement multiplier par 4 le parc originel !!! Locomotives, Voitures voyageurs, wagons marchandises, rails, aiguillages, maquettes POLA, il ne se passe pas un jour sans que la frénésie d'achat ne survienne... Fort heureusement, à cette période, mes finances ont pu me permettre de suivre cet engouement dispendieux !! Alors que la grande majorité des commandes débarque à Montpellier, chez mes parents sans que je les vois arriver, je détourne quand même quelques-uns des spécimens qui me font le plus envie pour décorer mon 2 pièces parisien. C'est alors que me vient l'idée d'installer une longue étagère transversale à 40 centimètres du plafond de ma chambre pour pouvoir exposer les petits bijoux ferrés !! Une Spreewald finit par être dégotée, très rapidement suivie par une française Corpet Louvet...

l'album photo du parc de cette époque