DSC01536 DSC01529 DSC01562
1991-2007 : 15 ans  ! C'est la période pendant laquelle la passion du LGB va rester assoupie au fond d'un placard...
15 ans qui auront été occupées par des études d'agronomie, une nouvelle vie à Paris et de nouveaux horizons professionnels autour d'une autre passion : l'image et la télévision...

Et puis, une nuit, un rêve étrange va réveiller cette vieille passion d'enfance... Je suis dans mon cher village de la Bastide Puylaurent, dans lequel je n'ai pas mis les pieds depuis belle lurette. Ma première envie est de retourner voir la gare ! Et là, stupéfaction ! Les voies ont été déposées et à la place, une sinistre route goudronnée ! Je redescends dare dare sur la place du village pour savoir où est passé le train (c'est là, où comme souvent dans les rêves, s'effectue une fusion confusion entre deux éléments : le train réel (celui de la SNCF) et mon train LGB). Sur la place du village, je questionne : "Mais qu'avez-vous fait du train ?" Et là, ma grand-mère de répondre : "Oh ! On l'a donné. Tu sais, ça n'intéressait plus personne ... Quelqu'un est passé sur la place et l'a pris...." Me voilà pris d'une colère noire, hurlant et vociférant, à m'en époumoner... et de me réveiller en sursaut ! Après avoir repris mes esprits, je prends subitement conscience que le train aux boites rouge et verte a beaucoup trop dormi dans son placard... Cela tombe bien, je descends à Montpellier dans quelques jours, ce sera l'occasion idéale de récupérer tout le matériel entreposé chez ma grand-mère (et d'éviter ainsi que quelqu'un ne s'en empare comme sur la place du village !! lol ) Car, depuis quelques années, les brouilles familiales se multiplient, raison de plus pour que le stock LGB déménage pour atterrir chez mes parents.

C'est bien sûr l'occasion immédiate de tout déballer, de monter un circuit et de voir si, après toutes ces années, ce petit monde sait encore rouler... Bien évidemment, on peut faire confiance à la qualité allemande et à la robustesse des machines pour être au rendez-vous !
La délicieuse odeur si particulière du plastique LGB, le bruit des essieux sur les rails, le son du transfo sous tension, le clac de l'attelage des wagons... toutes ces madeleines de Proust sont au rendez-vous ! et du haut de mes 34 ans, l'âme du gamin refait surface comme lors de la toute première fois.  C'est organique, c'est physique, je regarde avec joie les différents attelages faire leur tour de piste ! Hypnotisé... Ensorcelé...

Un ensorcèlement qui va se faire tenace et coûteux dans les mois qui suivent... (on y reviendra dans l'acte suivant) Mon premier réflèxe est d'aller voir, si à tout hasard, un des rares magasins du centre ville de Montpellier aurait un peu de stock... Honnêtement, j'y vais sans grande conviction... Ironie du sort, Joué Club se trouve maintenant à l'angle de la rue qui abritait la petite boutique des Jouets d'Antan, qui m'avait fourni quelques jolies pièces dans le début des années 90... La boutique est toujours  là, abandonnée, jamais relouée... Des vieux autocollants jaunis de Märklin, Jouef, Fleischmann et Lima ornent encore pathétiquement la porte, derrière le rideau de fer rouillé... Nostalgie... Mais pour l'instant, une incursion dans les profondeurs de Joué Club s'impose... Ils ont bien changé les magasins de jouets... Triomphe du plastique moulé clinquant et acidulé, le bon vieux jouet traditionnel est relégué au fin-fonds de l'arrière boutique... Modèles réduits de voitures, hélicoptères télécommandés et enfin un maigre rayon ferroviaire... Et incroyable mais vrai : trône un wagon voyageur, un seul ! une rame bleue du Murtalbahn ! Abandonné, seul... la pulsion d'achat est violente et euphorique ! Imaginez, après toutes ces années ! S'offrir un wagon LGB !!! C'est plus fort que tout !!

Délesté d'une grosse centaine d'euros, je repars avec mon trophée sous le bras ! A la maison, la joie de déballer le bel engin tout neuf, son odeur délicieuse de plastique... C'est décidé, on va jouer  de nouveau au train et ce n'est pas prêt de s'arrêter !! (à suivre...)

images du réseau et des essais